James Pallotta regrette la confiance accordée à Monchi !

Rédigé le 05/04/2021
Nizar El Bourkkadi


L'ancien président de la Roma James Pallotta, regrette d'avoir fait confiance au directeur sportif Ramón Rodriguez Verdejo "Monchi". 

Dans le football européen, rares sont les directeurs sportifs à s'être fait la réputation de Monchi. Un dénicheur de talent inégalé qui fait le bonheur de sa terre natale d'Andalousie et notamment son club de toujours le FC Séville. Des acteurs importants  comme Joan Jordan, Jules Koundé, Luuk De Jong, Diego Carlos ou encore Sergio Reguilon ( Prêté par le Real Madrid durant la saison 2019-20) sont l'œuvre d'un recrutement à chaque fois pointilleux, remettant les pensionnaires du Ramón Sánchez Pizjuán sur les devants de la scène européene, remportant une sixième consécration en Europa League la saison dernière.

Entre temps, c'est un passage mitigé chez la louve de Rome qui vient estamper la carrière du "meilleur directeur sportif du monde". Après 17 ans à Séville en tant que directeur sportif (2000-2017), Monchi débarque chez les Giallorossi doté d'une réputation toute faite et d'un réseau léonin. Mais ce qui devait amener les romains à gravir les échelons du foot européen n'est qu'un souvenir morose dans la mémoire de l'homme qui regrette de lui avoir accorder sa confiance, James Pallotta, l'entrepreneur américain à la tête des jaunes et rouges de 2012 à fin 2019.

Pallotta, actionnaire au Boston Basketball Partners, s'est confié longuement dans une interview accordé à The Athletic, regrettant d'avoir fait confiance à Monchi, il déclare : " Monchi ne voulait pas recevoir d'aide. Il n'écoutait personne et ne travaillait qu'avec les joueurs que lui voulait". Avant d'en remettre une couche, à l'appui ; l'histoire derrière le recrutement de Nicolò Zaniolo, grand espoir de la Roma et du football italien. "Lorsqu'on lui a parlé de Zaniolo, il a répondu : Qui est-ce ? Il ne le connaissait même pas. L'arrivée de Zaniolo, on la doit à 100 % à Franco Baldini, c'est lui qui a pris contact avec l'Inter. J'ai eu tort de faire confiance à Monchi".

L'ancien président de la Roma, intérrogé par le Corriere dello Sport deux semaines avant, évoquait son souhait de recruter l'international marocain Hakim Ziyech en 2018. Monchi qui n'était pas convaincu par le joueur lors de la coupe du monde en Russie finira par recruter Javier Pastore, un échec majeur selon le milliardaire américain. Il déclarait : "C'est l'une des pires affaires de l'époque Monchi. J'ai payé cher ces choix, je n'aurais jamais du lui faire confiance. Je voulais Ziyech, comme Baldini et Zecca (bras droit de l'ancien président, NDLR). J'ai les preuves de ce que j'avance, Mais Monchi n'aimait pas le joueur lors de la coupe du monde, et avait décidé de ne pas l'emmener à Rome" 

À Rome, "El León" ne fait pas l'unanimité souveraine auprès des loups !