Vidéo - Les 5 buts inoubliables de Ronaldinho !

Rédigé le 21/03/2021
Ali Taji


Le génie brésilien Ronaldinho, fête aujourd'hui ses 41 ans. L'homme qui a fait aimé le football à toute une génération a laissé une trace indélébile  dans les coeurs de ceux qui l'ont vu évoluer, qu'ils soient supporters ou adversaires des clubs ou il a joué. A l'occasion de son anniversaire, nous avons décidé de vous faire revivre les 5 plus beaux buts de sa carrière :

5) Coup franc vs Angleterre

L'été 2002, un jeune Ronaldinho (22ans) choquait la planète foot lors de la demi-finale de la plus prestigieuse des compétitions, et trompait le portier anglais Seaman d'un coup franc tiré directement, quand n'importe quel autre joueur aurait choisi le centre. A ce moment là, le monde a déjà une idée sur le niveau de créativité du brésilien.


4) Retourné vs Villarreal

Le 25 Novembre 2006, tout le monde parle du déclin de Ronaldinho et du fait qu'il est probablement fini pour le haut niveau. La réponse de Ronaldinho ? On vous laisse redécouvrir :


3) Golazo vs Milan

On est à la 89ème minute, le score affiche 1 but partout entre le Barça et le Milan. En face de Ronaldinho et des siens, une paire défensive Maldini-Nesta, et un trio Gattuso-Pirlo-Ambrosini au milieu. Autant de dire qu'inscrire un but n'est pas une tâche facile. Ronaldinho reçoit une passe d'Eto'o aux 25 mètres, et fait ce qu'il sait si bien faire :


2) L'inspiration vs Chelsea

Aujourd'hui encore, nous parlons tous du record de la meilleure défense de l'histoire de la Premier League, celle qui a encaissé 14 buts seulement en 38 matchs. Sauf qu'un soir à Stamford Bridge, cette défense n'a pas suffi pour anticiper un coup de génie venu de nulle part de Ronaldinho :


1) L'ovation vs Real Madrid

Un public adverse qui t'ovationne en plein clasico, nous ne reverrons probablement plus jamais ça de notre vivant. Ce jour là, Ronaldinho a tellement démontré son génie tout fan de foot ne pouvait que l'admirer, indépendamment de son appartenance ou du contexte. Son but ou il élimine un jeune Sergio Ramos puis un certain Helguera, avant de crucifier Casillas, restera sans nul doute dans les annales :